Ma-ment

2 Jun 2018

C’est un bel être abîmé par la vie

Qui croyait sincèrement en un chemin sans ennui

Souriant – et c’est si rare ! avec les yeux

Mais son regard bleu n’a plus rien d’heureux

Car un puissant gouffre l’a engloutie

Annihilant la moindre possible empathie

 

Enfermée dans des chimères plus confortables

Elle s’est créé dans son désert un oasis (im)pitoyable

Aseptisée par des émotions fortes mais négatives

Impérieuses, dévastatrices et maladives

L’adulte (re)devient enfant-pas-si-innocent

Et s’égare sur des sentiers affreusement pesants

 

S’il te plait : regarde attentivement le monde

Regarde comme il est facile de troubler l’onde

La rage s’érige en abrupts remparts

Il fallait décider de ce difficile départ

Autour de toi rien de plus qu’une intense rancœur

Mais je le sais : toute seule, tu as si peur…

 

Sang chaud, sang froid

Rien n’est vrai dans ce qu’elle croit

Et pourtant, hélas ! elle continuera à le croire

La vérité est seule responsable de ses déboires

Autodestruction, abandon, désordre surtout

Vie d’rien, vide tout

 

Mais tu ne peux emporter que ton navire

Laisse-nous respirer, ou laisse-nous partir

Trop de tempêtes au creux des silences

Trop d’amertume dans ma mémoire quand j’y pense

Reste dans ton fleuve aux étoiles cassées

Peux-tu seulement te mirer sans rien briser ?

 

C’est grâce à toi que je suis née

Dois-je passer toute ma vie à t’en remercier ?

Cesse de jouer la malheureuse, par pitié

A sa mère, doit-on tout pardonner ?

Tu sais que je ne peux tout laisser passer

Alors que tu ne fais que me blesser

 

Tu nous as toutes deux détruites

Mais continue ton œuvre fortuite

Du parfait à l’imparfait aux méfaits

Entre nous, on sait ce que tu as fait

Chacun finit par porter sa croix

Nous verrons cela quand ce sera à toi

 

Tout ce que j’abhorrerais être ou devenir

– C’est toi qui me l’as appris sans rien dire

Moi, je m’en vais tourner le dos à tout ce chaos ;

Elle pense que la clé reste les mots

Honteux, car chaque fois qu’elle m’écrivait

J’étais transpercée d’un profond chagrin stupéfait

 

Et parce que le temps c’est de l’argent,

Et parce que le temps c’est pas si important

Et parce que deux enfants ça ne sert à rien

Quand on n’en a besoin que d’un

Les souvenirs ne sont que mirages éteints

Oui… Ma maman m’a ment-i

 

 

 

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Please reload

Post à l'affiche

J'accuse Dieu !

July 7, 2018

1/1
Please reload

Posts Récents

September 24, 2019

January 12, 2019

December 17, 2018

November 14, 2018

November 8, 2018

October 29, 2018

October 21, 2018

October 15, 2018

September 30, 2018

Please reload

Posts similaires
Please reload

[Raconter le monde]...

FRANCE
  • Instagram - Black Circle
  • Facebook - Black Circle
  • Instagram - Black Circle